Vive la croissance, Viva Monti

Répétons le, il n’y a pas de sortie du piège de la dette publique sans retour à une forte croissance. Pour devenir soutenable, la dette doit voir ses taux d’intérêts passer durablement sous le taux de croissance.

C’est dire que les solutions avancées en France par les deux grands candidats, à savoir diminuer la dépense publique et augmenter les impôts (dans des proportions et des modalités variables) ne peuvent que conduire à l’impasse.

De l’autre côté des Alpes, après avoir fait voter un plan d’austérité de plus de 60 milliards d’euros, Mario Monti vient de présenter la loi italienne d’ouverture à la concurrence des secteurs et professions protégés (taxis, pharmacie, station essence, énergie…).

Une ouverture à la concurrence qui représenterait, selon lui, deux points de plus de croissance.

Bref, nous dit Mario Monti, pour sortir de la crise, pour doper la croissance, il faut faire confiance aux politiques libérales.

Il est vrai que Mario Monti incarne l’Europe libérale, celle du marché unique et de la concurrence (économiste, il a été de 1994 à 1999, commissaire européen au marché intérieur et de 1999 à 2004, commissaire à la concurrence nommé par Berlusconi). Celle dont Henri Guaino et le Président de la République nous proposent de tourner la page. Celle que détestent depuis toujours les socialistes français.

On ne sait pas encore les obstacles politiques auxquels se heurtera Mario Monti. On sait seulement que l’homme n’est pas sans habileté. Un exemple : à la brutale proposition de libération totale du marché des taxis parisiens proposée dans le rapport Attali, Mario Monti préfère l’approche prônée en France par les libéraux, celle qui consiste à distribuer une plaque supplémentaire aux titulaires d’aujourd’hui (qui ont acheté cher cette plaque et qui se verraient ruinés par une ouverture sans précaution).

On lui souhaite bonne chance.

On lui souhaite aussi de susciter quelques émules en France.

2 Reponses à Vive la croissance, Viva Monti

  1. P. Dubois dit :

    La voie est tracée, à nous de la suivre . . .
    Sinon, oui, la croissance est la seule option pour sortir par le haut.
    En même temps, il est plus que souhaitable de revoir l’ensemble des dépenses publiques. Je pense notamment à l’embauche des milliers de nouveaux fonctionnaires à l’échelon territorial. Enfin, ne pas négliger qu’une baisse de l’Euro boosterait les exportations. A ce stade, nous nous devons de « tirer sur toutes les ficelles » !!!! Ne pas oublier que nous perdons 1.000 emplois par jour. A quand une vraie politique industrielle en France qui favorisera la production de biens matériels. Le chantier est vaste et le défi passionnant. Bon courage à notre futur président avec l’espoir qu’il ait tout compris ou soit bien conseillé !!!!! (ok, je rêve).

  2. Malheureusement la croissance ne se commande pas et les perspectives pour les prochaines décennies sont médiocres. Voir à ce propos mon papier sur ‘les vaches maigres’ en matière de niveau de vie sur mon drop box: http://dl.dropbox.com/u/7084358/Living%20standards.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>