Croissance

« L’austérité est une politique sans espoir, ce n’est pas une politique libérale »

Politique d'austérité en Europe

Sur le site Atlantico.fr,  Alain Madelin revient sur la politique parfois dite « libérale » suivie par le gouvernement :

« Pour le libéral et ancien ministre de l’Economie et des Finances Alain Madelin, la politique d’austérité budgétaire imposée à la France rapproche le pays d’un scénario similaire à celui que connaît la Grèce.

Atlantico : Cette semaine a été marquée par la loi croissance et activité présentée par le ministre de l’économie Emmanuel Macron, loi globalement perçue comme étant de nature libérale. Portez-vous un jugement bienveillant sur son contenu ? Et plus généralement sur l’orientation économique prise par le gouvernement ?

Alain Madelin : Non. Fondamentalement, la loi Macron est une loi d’affichage politique qui répond aux exigences de Bruxelles. Cette loi fait le service minimum. Car il est évident que le travail de quelques dimanches de plus ou les quelques modifications périphériques du statut de telle ou telle profession n’auront rigoureusement aucun impact sur la croissance.

L’immigration ne fait pas échec à l’Etat Providence

Image pour immigration

Dans les pages « Idées » du magazine Le Point du 20 novembre 2014, Alain Madelin répond au britannique David Goodheart qui développe une critique de gauche de l’immigration qui ruinerait l’Etat Providence et minerait même l’idée de solidarité.

« Ainsi donc les immigrés sont trop nombreux, trop différents de nous et trop coûteux pour notre économie et notre État-providence. Cette thèse n’a rien de bien neuf. Partout elle rencontre un fort écho populaire et alimente des partis xénophobes.

Ce qui mérite l’attention, c’est qu’exprimée ici par un représentant de l’intelligentsia de gauche britannique, David Goodhart, cette version « progressiste » de la « préférence nationale » trouve une nouvelle respectabilité.

Pour sauver l’Etat-Providence et l’idée même de la solidarité, il faudrait donc restreindre les flux migratoires, y compris à l’intérieur de l’union européenne élargie ; réserver le travail le logement ou les prestations de l’État-providence aux vrais citoyens ; mettre fin au « laissez-faire multiculturaliste » qui permet aux musulmans de faire passer avant leur citoyenneté une identité religieuse dont certains principes ne s’accordent pas avec nos sociétés libérales.

Si les problèmes soulevés sont bien réels, il me semble que l’on se trompe ici de diagnostic et de remède.

Bienvenue dans le nouveau monde de l’hypercroissance

chart

Et si l’on abandonnait un temps notre quotidien économique morose pour une brève excursion dans un futur somme toute très proche, disons une dizaine d’années, en observant de plus près les tendances lourdes qui, aujourd’hui, dessinent un nouveau monde ? De ce voyage dans le temps et l’espace, on ne peut revenir qu’avec une bonne nouvelle ! C’est une très forte croissance – sinon même une hypercroissance – qui s’annonce. Propulsée par deux puissants turboréacteurs. Le premier, c’est celui de la mondialisation ; celui d’une croissance que nous qualifierons de ricardienne en référence au grand économiste britannique du début du XIXe siècle, David Ricardo, et à sa théorie de l’avantage comparatif. Sous une forme plus moderne, elle explique une croissance tirée par l’optimisation de l’emploi de talents toujours plus nombreux à l’échelle de la planète.