Fiscalité

Grèce : mais que font les pompiers

grece

Sans doute eût-il mieux valu que la Grèce ne rentre pas dans l’euro. En conservant son drachme, elle n’aurait pu s’endetter inconsidérément comme elle l’a fait sous le parapluie de l’euro et la sous compétitivité de son économie aurait pu être corrigée par une dévaluation. Aujourd’hui la Grèce doit mener une « dévaluation intérieure » en faisant baisser salaires, prestations sociales et valeur des actifs. Elle doit encore pratiquer une thérapie de choc pour rendre plus compétitive son économie en l’ouvrant à la concurrence. Elle doit enfin être soulagée par l’Europe dans le portage de sa dette. Même si les efforts de la Grèce sont sérieux et les résultats appréciables, la Grèce est entrée dans la spirale infernale où rigueur et taux d’intérêt élevés étouffent son économie, ce qui accroît le risque de défaut et pousse donc à une nouvelle augmentation des taux. La situation n’est guère tenable. Trois scénarios sont sur la table.

La fin du Père Noël et le retour de Robin des Bois

photo3

Le personnage central de la vie politique et des campagnes électorales a longtemps été le Père Noël. Hélas, la croyance au Père Noël se liquide d’elle-même avec le temps, la disette budgétaire et le concours malicieux des agences de notation.

Un nouveau personnage tout aussi populaire s’avance au centre de la scène politique : Robin des bois.  Il prend aux riches et redistribue aux pauvres. De gauche à droite en passant par le Front National, tous rivalisent de propositions  redistributives « à la Robin des Bois » plus ou moins audacieuses.

L’extravagante prime sur les dividendes

1

« S’il doit y avoir une prime pour les actionnaires, il doit y avoir une prime pour les salariés ». Cela sonne bien mais un bon slogan ne fait pas une bonne politique économique, loin s’en faut. Pour le Président, la prime sur dividendes «est une question de justice ». Pour le Ministre du Travail, il s’agit « de corriger les inégalités de partage dans la valeur ajoutée dans les entreprises ».

Deux questions donc. Le partage de la valeur ajoutée est-il injuste ? La prime obligatoire sur les dividendes est-elle juste ?

Un même impôt pour les revenus du capital et du travail ? Absurde

euro house

Faut-il taxer à l’identique les revenus du capital et les revenus du travail ? On savait l’idée populaire chez les socialistes, voici qu’elle gagne les rangs d’une majorité en recherche désespérée de nouvelles recettes fiscales. L’idée suscite d’autant plus la tentation que les écarts d’imposition entre revenus du travail et revenus du capital font que l’impôt des plus riches apparaît en fait comme dégressif compte tenu de la part plus importante pour eux des revenus du capital (et aussi de l’existence de multiples niches fiscales).