Protectionnisme

La mondialisation, vous dis-je !

Europe as seen from space

Au chevet de nos maladies économiques et sociales, nos modernes médecins politiques, de gauche comme de droite, ne connaissent, tels ceux de Molière, qu’un seul diagnostic : «Un manque d’État, vous dis-je.» Malheureusement, après tant d’échecs de cette médecine officielle, d’autant plus inefficace qu’elle est aujourd’hui sans le sou, la tentation est grande de faire appel aux rebouteux. Nos populaires rebouteux cependant n’ont guère d’imagination, ils ne font que promettre d’augmenter la dose du «toujours plus d’Etat».

L’effet catastrophe : ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas

flooded homes

C’était inévitable. Il s’est trouvé de bons esprits pour expliquer que les catastrophes subies par le Japon allaient doper sa croissance. Et pas des moindres, à commencer par Larry Summers, ancien secrétaire américain au Trésor sous Clinton et ex-directeur du Conseil économique national auprès d’Obama. Fichtre donc. Un bon tremblement de terre, un bon tsunami et pourquoi pas une bonne guerre, rien de tel pour stimuler la croissance ! Après la destruction vient la reconstruction. Keynes ne disait-il pas dans sa «Théorie générale» que «les tremblements de terre et jusque même les guerres» – qui sont autant d’occasions de dépenses publiques – «peuvent contribuer à augmenter la richesse».